Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voilà pourquoi j'ai adhéré au MoDem !

J'ai adhéré, il y a plus de deux ans au Mouvement démocrate 'MoDem" que préside François Bayrou, alors que je soutenais "sans adhérer" , depuis toujours le "centre" droit - ou pas :-) ...

C'est un choix mûrement réfléchi, que j'ai plaisir à expliquer ici, pour ceux d'entre vous- lectrices, lecteurs- qui seraient intéressés par ma démarche et suivre le chemin si vous ne l'avez précédé.

Je suis, depuis toujours, une vraie centriste issue de la famille "démocrate chrétienne " :

Que j'explique ici pour que ce soit bien clair !

La (2ème) démocratie chrétienne » a vu le jour à la fin du XIXe siècle, à l'initiative du pape Léon XIII. Dans l'encyclique "Rerum Novarum" du 15 mai 1891. Il reconnaît la misère ouvrière, tout en rejetant les mouvements nationalistes et socialistes, et invite les catholiques à investir l'action sociale. Cette encyclique est habituellement considérée comme l'un des fondements de la doctrine sociale de l'Église. Elle fut, en France, à l'origine du syndicalisme chrétien "CFTC" . (1919).

À l'approche de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) , les militants "démocrates-chrétiens" des différents pays européens se retrouvent dans leur refus des totalitarismes menaçants à cette époque.

C'est au moment de ma naissance, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, que, la conception "démocratique" du pouvoir politique n'est alors plus guère contestée au sein de l'Église catholique enfin ! Il lui aura fallu faire du chemin.

Ensuite l'Union pour la Démocratie Française (UDF) s'est créée à partir d'une fédération de partis politiques français de centre droit et de droite ""non gaulliste"", d'inspiration démocrate-chrétienne, libérale et laïque. Nous sommes en 1978, en soutien au Président Valéry Giscard d'Estaing.

L'UDF est aujourd'hui membre fondateur du Mouvement Démocrate (MoDem), auquel ses responsabilités ont été déléguées en 2007....et voilà la boucle bouclée !

Maintenant vous savez pourquoi :

Je crois en l'Europe, que je souhaite fédérale, c'est-à-dire recentrée sur ses missions premières et politiquement responsable devant les peuples. On en est loin ! Oui, c'est pour ça qu'il faut militer pour l'Europe ! Le drame humain qui se joue sur les deux rives de la Méditerranée illustre chaque jour à quel point les pays, pris isolément, sont dans l'incapacité de traiter seuls ce genre de question.

Je crois en la liberté d'entreprendre et la création de richesses qui, redistribuées, permettent la solidarité à l'égard des plus fragiles. Cette solidarité, qui est une fierté et un devoir, dépend donc de notre capacité à favoriser les réussites économiques et, même à les inciter. Là aussi, on en est loin en France.

Je crois qu'à chaque fois qu'on ramène les centres de décisions vers le terrain où elles s'appliquent, on améliore la qualité de ces décisions. Pour ne citer qu'un exemple, je découvre en ""souriant"" qu'il faut un décret pris en Conseil des Ministres pour décider des chefs-lieux des nouvelles régions ! Nous "crèverons à petit feu" de cette hypercentralisation et de son corollaire, la suradministration, si nous laissons faire !

Voilà ce que je suis, comme citoyenne, militante européenne, "socio-libérale", profondément décentralisatrice.

Pourquoi alors avoir ""adhéré"" à une formation politique ?

Depuis des années "engagée" dans l' organisation syndicale citée plus haut, retirée de la vie professionnelle, il ne pouvait en être autrement ! Il fallait que je continue l'engagement pour mes concitoyens !

Je connais quantité de gens qui, bien qu'intéressés par la vie publique, se sont toujours refusés à adhérer à une formation politique : contraignant voire inutile, quand ce n'est pas considéré comme dépassé.

J'ai un autre point de vue : le militantisme fait partie d'une démarche citoyenne engagée, agissante et "responsable". Pour les autres.

Qu'il s'agisse de politique, d'action syndicale ou associative, l'engagement est, à mes yeux, et à mon cœur, une valeur essentielle.

Donc, me "" réinvestir"" dans une formation politique, comme une militante, c’est indispensable au sens qu’adhérer peut être compris comme simplement "contribuer avec un peu d’argent", c'est effectivement déjà bien mais pour moi, ce n’était pas suffisant.

Le militantisme est LE soutien « actif » à un parti politique. Il s'agit, pour reprendre les termes de Benjamin Constant, d'une « réunion de femmes et d'hommes qui professent la même doctrine politique »…

Pourquoi rejoindre François Bayrou et son Mouvement ?

Il ne pouvait en être autrement ! Son ton, son honnêteté, sa pugnacité…son humanisme hérité des chrétiens mais qui n’exclut aucun autre !

Aujourd'hui, je fais, comme beaucoup de Français, le constat à la fois de la nécessité absolue de réformer la France et de notre incapacité collective à le faire :

Vers qui d'autres se tourner ?

A gauche ?

•Le tandem Hollande-Valls est-il "intrinsèquement" incapable de mener ces réformes ?

Non peut-être pas...mais ça le fait pas : l'écart est tellement vertigineux entre ce que Le Président Hollande avait promis et ce qu'il cherche à faire : comment espérer, dans ces conditions, avoir une majorité solide pour réformer ?

L'art de la synthèse a ses limites... Le parti socialiste demeure engoncé dans un clientélisme et un sectarisme qui sont « le frein » à ses capacités réformatrices.

A droite ?

•L’ancien président Nicolas Sarkozy est-il mieux placé pour réformer ?

Il semble bien que non : l'homme est revenu inchangé de son échec "clivant" quand la France a tant besoin de rassembler ses forces. Son équipe est encore loin de trouver sa marque.

  • François Bayrou peut-il "rassembler" des Français de sensibilités différentes, autour d'un programme ambitieux de réformes utiles clairement annoncées avant la présidentielle ?
  • OUI j'en suis persuadée !
  • Je suis persuadée qu'il est un des rares qui peuvent essayer de le faire : de Fillon/Juppé à Valls, en passant par François Bayrou et de bien d'autres, il y a dans ce pays quantité de femmes et d’hommes qui savent bien qu'en-dehors de ce rassemblement sur un programme affiché, il n'y aura pas de réformes possibles et, donc, pas de salut pour la France.
  • Affirmer mon soutien à une démarche programmatique de rassemblement claire, qui soit autre chose qu'une tentative de débauchages individuels : voilà pourquoi je suis engagée dans le Mouvement qui va et doit porter François Bayrou.

Maintenant que vous me connaissez, vous pouvez rejoindre ou non mon mouvement mais quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra, et ça, j'aime ça !

Vous avez où me contacter : AM BOUTET 06 65 56 39 63

Me retrouver : http://www.modem44.com/?

et aussi sur ....

https://www.facebook.com/MouvementDemocrate44-1659408134303566/timeline/?ref=bookmarks

Un point si vous le souhaitez sur l' Organisation du Mouvement ...

Le MoDem est structuré de manière "décentralisée", sur la base de Mouvements départementaux

Dans les statuts nationaux, les Mouvements Départementaux peuvent se gérer "librement" et rédiger leurs règlements intérieurs ; Toutefois, leur projet d'organisation est soumis au consentement du "Comité de conciliation et de contrôle du MoDem." Un petit verrou sécuritaire évitant les dérives...

  • Les modes d'organisation sont également suivis par ce Comité (qui contrôle leur véracité par rapport au règlement intérieur national) ainsi que par le Conseil national.

Les adhérents composent la convention départementale constitué d'un organe délibératif :

Le Conseil départemental (où se prennent les décisions qui engagent le mouvement départemental), et d'instances exécutives, élus par le conseil départemental, constituées du président et du Bureau départemental.

  • Les membres de droit du Conseil départemental sont les représentants "élus" qui sont membres du MoDem (parlementaires nationaux et européens, conseillers généraux et régionaux, maires et présidents d’un établissement public de coopération intercommunale élus dans le département, ...
  • Le Bureau départemental est composé de membres élus et de membres de droits ; il y a le Président - et Le délégué départemental (nommé par le Bureau exécutif national sur proposition du Bureau départemental, assume les relations entre les instances nationales et le Mouvement départemental), le trésorier, le président des Jeunes Démocrates locaux, des membres locaux du Conseil national.
  • Les Mouvements départementaux, à l'instar des membres du Conseil national, sont élus par les adhérents tous les trois ans au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à la plus forte moyenne. Son président est élu pour trois ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.
  • Les Mouvements départementaux se regroupent en Unions régionales (chargées notamment d'éclairer le Bureau national et le Conseil national sur les candidatures aux élections régionales françaises).

Vous savez tout ...ou presque, n'hésitez pas à nous questionner pour ne savoir plus !

quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !
quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !   quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !
quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !   quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !   quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !
quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !   quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !   quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra,  et ça, j'aime ça !

quoi qu'il en soit, je continue, on se reverra, et ça, j'aime ça !

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :