Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !
JEAN, fils de Jean, Pierre  et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !

JEAN, fils de Jean, Pierre et de Jeanne, Gabrielle, mon père, 20 ans déjà !

Jean, 20 ans plus tard ! Il n'est plus sur terre. Il est de l'Autre côté, au ciel, là où sont bien évidemment ceux d' avant, les siens. Mes parents sont décédés tous les deux : Dieu les a réunis par leur mort pour l’éternité, unis qu’ils étaient par le sacrement du mariage qu’ils s’étaient donnés, le 14 février 1942. Mais Dieu ne mesure pas le temps. Nous si !

Pour les vivants que nous sommes, la mort d’un homme, restera toujours un mystère profond en elle-même. Nous assistons à l’extinction progressive de la vie, douloureusement passifs, souvent sans possibilité d’une communication humaine avec celui qui nous échappe. A-t-il perçu nos messages d’affection, d’amitié, notre prière ? Nous l’ignorons. Nous avons l’impression pénible de notre isolement mutuel, le malade dans sa souffrance, et nous, incapables d’établir avec lui une relation, même passagère. Jusqu’à ce que la mort interrompe toute communication sur cette terre.

Durant la longue épreuve de la fin de sa vie, comme pour nous chrétiens, il y a eu la prière. Elle assurait la communion entre nous ...nous étions certains que Dieu entendait notre prière. C’est encore cette prière qui nous a réuni dans les obsèques. « Quand tu pries, prie ton Père qui est présent dans le secret", … Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux ». Et qui nous unit encore 20 ans plus tard !

Mais le rituel catholique continue a lui donner un cadre : trois types de messe post-mortem : le 1er dimanche après les obsèques (huitaine), un mois après (trentaine) et un an après (messe d’anniversaire). Et ensuite le 2 novembre, appelé "jour des morts", où l'Église prie particulièrement pour tous ceux et celles qui nous ont précédés ici-bas. Ce jour-là (ou la veille, fête de la Toussaint), il est d'usage pour les familles d'aller fleurir la tombe de ceux qui nous ont quittés et de prier pour eux. Et chaque jour que Dieu fait, nous pouvons prier discrètement également et à chaque messe !

Mais vingt ans plus tard, il est dur de prier : Mon Dieu, « Ils » m’ ont volé mon patrimoine familial, dilapidé voire gaspillé…! Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font, enfin je l’espère ! …20 ans plus tard, j'ai perdu la trace humaine de sa vie...de leur vie terrestre, il ne reste que ma prière imparfaite : Mon Dieu, mon père...pardon pour eux !

Je rappelle à Dieu avec mes mots de terre, l'histoire de mon père, Jean et à tous ceux qui le l'ont pas connu, un peu comme un hommage...il ne me reste que les mots !

Décédé le 4 février 1996 à Arradon (56) : l' Orphelin de guerre à six mois, est élevé entre sa mère et sa grand-mère. Scout, il reçoit une éducation profondément catholique. il est accompagné par le Chanoine Boutet, son oncle et maître spirituel. Il poursuit de brillantes études à Saint-Genès de Bordeaux, interrompues par la guerre, -il avait donné son père à la France, il lui donna ses plus jeunes années- décoré-mais chargé de famille, il retourne comme professeur dans son établissement catholique pour financer ses études et nourrir les siens -reprenant courageusement des études supérieures avant d’entrer par la grande porte à la Banque de France- la grande maison de l'époque- qu'elle n'est plus, (l'Euro est passé par là!), muni d’un Doctorat de sciences économiques. Il arrive en terre bretonne, vannetaise, choisie en 1955 pour accueillir sa grande famille. il fit carrière dans les grandes villes de notre beau pays...puis il y revient à la fin de cette carrière et s'installa en Arradon à l'abri de l'établissement Saint "Jean" Baptiste en 1980 après avoir effectué un parcours professionnel comme l'on dit plus qu' honorable, il termine en Hors classe " . Accueilli et aimé des bretons, il s'est enraciné.

Il reprendra l’enseignement à l'Ecole de droit qu'il avait contribué à créer à Vannes.

Il s’arrête à 75 ans. La maladie innommable le ravit à son épouse et aux siens, trop tôt.

Instruit, droit, discret, il reste pour ceux qui l'ont connu, pour moi, un témoin. Fidèle.

Saint Pierre d’Arradon, le 7 février 1996 fut sa paroisse d’ « au revoir » pour des obsèques chrétiennes après son décès du 4. Enterré au cimetière d’Arradon, chaque année, je participe à la messe de la Toussaint dans « sa » paroisse avant d’aller au cimetière fleurir sa tombe.

"Qui écoute la parole, Seigneur, ne verra jamais la mort". "Il vit autrement" !

Hommage, respect !

Jean, Max Boutet, appelé "Pierre" le 2ème prénom de son père donné à la mort de celui - ci, "tué par l'ennemi" le 31 mai 1918.

Père, Grand-père, Né le 15 11 1917, fils "unique" ...de Jean, Pierre Boutet et de Jeanne, Gabrielle CATROUY, tous deux Bordelais. ( En ce Dimanche 21 février 2016, j’ai fait commémoration de la bataille de Verdun, et, à cette occasion, j’ai souhaité rendre hommage public et respect « aux miens », ceux qui m’ont faite, ma famille biologique originelle, en particulier ce jeune Grand père Jean, Pierre Boutet, mort † pour la France après avoir combattu pendant toute la guerre, tué le 31 mai 1918, laissant une si jeune veuve et un orphelin de 6 mois, mon père Jean Boutet - lui-même décoré de la Croix de guerre 1939-1945, Grand-père et arrière- grand-père, ma descendance. Je prie pour eux en ce jour et je souhaite qu’il nous protège dans la communion des saints ! Mes essentiels !)

Uni les 13 et 14 février 1942 à Bègles (Gironde) à Mauricette Jarrige, elle-même rappelée à Dieu le 8 novembre 2011.

Leurs 12 enfants sont éparpillés à travers la France comme leurs biens : Christiane, Anne-Marie, Françoise, Bernard, Philippe, Martine, Bernadette, Jacques, Marie-Thérèse, Claudine, Dominique, Benoît. Ses 23 petits-enfants de 1966 à 2004 : 1ère Laurence, puis Sophie, Stéphanie chez Anne-Marie (3) et dans l’ordre décroissant de leurs parents, Bénédicte, Xavier, Aude, Ludivine, Sandra, Soazig, Pablo, Anwenn , Damien , Julien , Céline, Lucas, Eva, Alexis, Loïc, Laetitia, Romain, Jean-Christophe, Jean-David, Guillaume. Leurs arrière-petits-enfants nés et à naître...

Car la vie continue après eux.~~

Peut-être pas comme il aurait aimé ...

Maintenant libéré des malheurs de la terre, uni pour l'éternité à son épouse, il a retrouvé son père et sa mère réunis, tous accueillis, je le souhaite par Dieu !†

In memoriam !

Merci d'avoir partagé cela...qui que vous soyez !

Tag(s) : #Famille

Partager cet article

Repost 0