Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !
Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !
Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !
Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !
Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !
Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !

Comment fait-on pour préserver nos poumons agricoles ? La réponse ici !

Je ne pouvais faire l'impasse sur cette journée fondamentale pour les poumons verts de Nantes, vous le comprenez ? Pas d'évacuation par la force". "Ce n'est pas possible, on ne va pas finir dans une guerre civile à "Notre-Dame-des-Landes". Quelques 200 hectares ont été gelés inutilement" ! Pas d’expulsions ! Et une nouvelle enquête publique ! Ségolène Royal, pour qui les choses traînent trop en longueur, veut sortir de cette situation de blocage. Mais quelques soient les conclusions de ses équipes, elle assure qu'il n'y aura "pas d'évacuation par la force". "Ce n'est pas possible dit-elle ! Pas d’expulsion ! Madame La Ministre assure que les expulsions sont inadmissibles sur des terres cultivables : quelques 200 hectares de terre ont été gelés inutilement sur la terre de Notre dame des Landes destinée à un projet surdimensionné ! Je me sens mieux, vraiment !

Ségolène Royal pour qui les choses traînent trop en longueur veut sortir de cette situation de blocage. Mais quelques soient les conclusions de ses équipes, elle assure qu'il n'y aura "pas d'évacuation par la force". "Ce n'est pas possible, ! Pas d’expulsion ! je me sens mieux, vraiment !

« « Voulez-vous le transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes » » ?

C'est la question qui sera posée aux habitants de Loire-Atlantique le 26 juin prochain, a annoncé Ségolène Royal, ministre du Développement durable, lors d'une conférence de presse ce mercredi 6 avril 2016.

La question du projet, elle, reste entière, suite au rapport du Commissariat général à l'environnement et au développement durable (CGEDD) rendu public le 5 avril 2016 : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/010459-01_rapport_cle28d63c.pdf

Ségolène Royal avait confié, en janvier dernier, la mission à trois experts du CGEDD d'étudier les différentes alternatives possibles pour développer le transport aérien dans la région. Mme Royal a indiqué que le projet devait « être modifié ».

Aujourd'hui, elle a invité les élus à trouver un compromis, soit en modernisant le site de Nantes soit en réduisant la taille du nouvel aéroport, les deux options mises en avant par LE rapport rédigé par son inspection générale qui lui avait été remis la veille.

Deux alternatives crédibles pas trois !

Les experts retiennent deux possibilités, évacuant le report du trafic sur les autres aéroports régionaux :

• soit agrandir l'aéroport actuel de Nantes Atlantique,

• soit redimensionner à la baisse le projet de Notre-Dame-des-Landes .

Ils ont pour cela revu les perspectives du trafic aérien local : de 4,4 millions de passagers en 2015, il devrait atteindre 5 millions de passagers en 2020 et 6 millions en 2025.

« Le transfert modal de l'avion vers le TGV est déjà intervenu », jugent les experts, et « les perspectives d'offre TGV (…) ne sont pas suffisamment attractives (…) pour que le transport ferroviaire capte une part significative du trafic aérien entre Nantes et les aéroports parisiens ».

Tiens , tiens, on en parlait, nous les ...

Dans le cas du maintien de Nantes Atlantique, « l'agrandissement de l'aérogare est possible et la rénovation de la piste nécessaire », pour un coût estimé à 300 millions d'euros.

Redimensionner à la baisse

Mais l'hypothèse Notre-Dame-des-Landes est un « compromis acceptable », car si le site accueille une biodiversité riche et variée, elle est « insuffisante pour justifier un zonage réglementaire de protection ».

Le rapport soutient cependant que l'actuel projet est « surdimensionné ».

Une seule piste de 2 900 m de longueur, capable d'assurer le transport de 11 millions de passagers serait suffisant, alors que le projet initial compte deux pistes de 3 600 mètres. Ce qui permettrait de réduire la consommation d'espace de 200 hectares.

Une nouvelle enquête publique « Ce rapport montre de manière limpide qu'il existe des alternatives au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, chacune avec des avantages et des inconvénients.

Pour autant, il n'est pas question de supprimer la consultation », explique Ségolène Royal, répondant ainsi aux associations de protection de l'environnement, FNE, l'Acipa et le Cedpa.

Dans le cas d'un projet à Notre-Dame-des-Landes revu à la baisse, une nouvelle enquête publique sera nécessaire – l'actuelle déclaration d'utilisé publique est valide jusqu'en 2018. Conclusion :

  • Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes continue de semer la confusion au sein même du gouvernement.
  • Il donne lieu, en l’occurrence, à une opposition entre le premier ministre, Manuel Valls, et la ministre de l’environnement, Ségolène Royal !
  • « Manuel Valls lit mal notre rapport s’il dit que Notre-Dame-des-Landes est le bon projet.
  • De son côté, en effet le premier ministre, Manuel Valls, a une lecture différente du rapport du CGEDD, estimant qu'il « valide la pertinence du transfert de l'aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes ».
  • Ce n’est pas notre opinion, et citer Notre-Dame-des-Landes ne dit pas quel aéroport on veut. Il ne faut qu’une piste, ce qui offre une capacité de trafic supérieure à dix millions de passagers », a répondu Nicolas Forray, l’un des auteurs du rapport, un habitué des dossiers sensibles puisqu’il a contribué à l’écriture du rapport sur le projet de barrage de Sivens, dans le Tarn.
  • Quant à Monsieur Bruno Retailleau, Président de la région des PDL,

Il déclarait ce soir : « Ségolène Royal, c’est l’Attila des Pays de la Loire. Là où elle passe, dans ma région, les projets ne repoussent pas. J’en ai assez que l’avenir des Pays de la Loire se joue au gré du bon vouloir de Ségolène Royal »

Je lui répond "bon enfant" : allons Monsieur Retailleau, la Com’ c’est bien mais trop n’en faut… ;-)

~~Enfin, un peu d'air ...pour mes poumons verts ! Et ceux de Nantes !

Anne-Marie BOUTET 06 65 56 39 63

Tag(s) : #Mes engagements

Partager cet article

Repost 0