Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font (Lc 23,34)

Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font (Lc 23,34)

"de l'affaire de l'église sainte Rita". On va peut-être pouvoir passer à autre chose ensuite ?

La décision d'expulsion "mouvementée" du 3 août 2016 était consécutive à un jugement donnant droit au propriétaire privé d'un édifice appelé église (une association cultuelle l'Eglise Gallicane belge, branche non-allégeant à l' Eglise catholique romaine) de céder son titre de propriété à un acquéreur également privé (un promoteur immobilier). Cet édifice ne relève pas du patrimoine de l'Eglise de France. Ni l'Eglise, ni l'Etat, ni la Mairie de Paris, impliqués dans ce dossier qui relève de la stricte application du droit immobilier en matière d'arrêté d'expulsion. Exécution sur ordre du Tribunal.

Oui, j'ai dénoncé "et je réitère" ...toutes ces manipulations de l'opinion par de fausses informations profitant des souffrances du terrorisme et de l'assassinat récent d'un prêtre.

Oui, la Loi de 1905 est claire : un édifice de culte appelé "église" ou temple, ou synagogue d'avant 1905 peu fréquenté, non classé, peut être détruit après avoir été désacralisé lorsqu' il ou elle a été sacré- ce qui n'était pas le cas de cet édifice non catholique romain- ou vendue, ou réaffecté à un autre usage ...Dans le cas de ""Cette Ste Rita"" appelée église, elle est vendue -légalement- pour être démolie et le terrain permettra de nouvelles constructions. C'est la vie qui suit son cours.

"L'occuper" , alors qu'elle est vendue ? C'est se mettre dans l'illégalité !

Et c'est ce scandale sans peur et sans "pudeur" qui fut orchestré par les squatteurs ou, l'art et la manière de faire feux de tout bois pour l'extrême droite de France !

Les échos médiatiques ont noyé l'essentiel !

La dramatisation filmée de l'intérieur de ce bâtiment -pourtant condamné et vendu- par les squatteurs eux-mêmes ne peut que faire du tort à tous les croyants "honnêtes" qu'ils soient chrétiens, juifs ou musulmans ou de quelques religions.

Tous les extrêmes font du tort et rompent le dialogue !

Nous sommes tous des français, et ceux qui sont croyants, nous voulons, pour un grand nombre d'entre nous, vivre notre foi loin de la récupération politique et médiatique, on vit sa religion en France dans le cadre des lois de la République Française, en respectant ses concitoyens ...

Alors, à quoi rime tout ce cinéma ? A qui cela sert-il ?

Pour obtenir ça ? ces échos ? ...https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/sainte-rita-non-ne-detruit-pas-une-eglise-catholique-1470238784 -…

Pour ceux qui veulent aller plus loin, j'ai pris moi-aussi mon bâton de pèlerin : j'ai fait des recherches, je ne suis pas la seule.... et j'ai pu vérifier que cette dite "église" a été "si peu" "Maison de Dieu" contrairement à tout ce qui a été raconté car jamais consacrée, d'une part,

Et d'autre part contrairement à ce que l'on a voulu nous faire croire cet édifice est hors église catholique,...sans intérêt architectural, ne nous fera pas pleurer quand tomberont sous les pelleteuses les pierres et le béton.... Elle est très loin de ces merveilles de l'art que sont les églises destinées à élever vers Dieu, la prière, si nombreuses en France, depuis la petite chapelle bretonne en granit à la merveille des merveilles gothiques ! D'ailleurs, les touristes non croyants ne s'y trompent pas non plus ! Ils les visitent !

"Sainte-Rita" est un bâtiment, je le répète "non consacré," dédié à Sainte Rita de Cascia dans le 15e . C'est ce que déclarent des journalistes d'investigations de la CROIX et c'est confirmé par Mgr LANTHEAUME , près le Vatican, dont j'ai recopié des extraits de déclaration :

Construite en 1900 à l'initiative d'une association "cultuelle" d'origine "anglicane". Elle fut mise à la disposition d'une communauté "gallicane" belge en 1987. C'est à cette époque que l'on entend parler d'elle, notamment en raison de la bénédiction des animaux qui s'y déroule chaque année. Une sorte de rituel folklorique qui anime le quartier. En 2000, cet édifice occupait un espace important qui pourrait être exploité en logements ...la décision de détruire cet édifice non classé est prise. Le terrain est vendu, l'association signe un accord : le bâtiment est fermé.

Diverses manifestations politico locales "d'extrême droite" voire de la Droite française retardent par des démarches la destruction ordonnée par jugement car un groupuscule s'y était réfugié illégalement. Un jugement attaqué sans résultat, la vente avec destruction est confirmée par les jugements successifs : il s'agit donc bien "d'un bien vendu" par ses propriétaires privés !

En octobre 2015, ce bâtiment est occupé « sans droit ni titre » par une association de catholiques traditionalistes et desservie par un abbé Guillaume de Tanoüarn bien connu pour son appartenance à la Fraternité Pie X, excommunié par elle car revenu dans la Communion romaine, mais sans affectation ni services de messe autorisés du diocèse catholique de Paris.

Que ce soit clair ! C'est vérifiable !

Dans cet édifice squatté, se déroulaient, disent les voisins qui témoignent largement, des ""messes"" en après-midi dans le rite tridentin d'avant Concile 1962, auxquelles participaient des personnes repérées comme appartenant à diverses mouvances d'Extrême droite.

Comment ne pas comprendre que ces intégristes extrémistes ont trouvé le moyen d'avoir un lieu de rassemblement et de dévotion à moindre frais ?

Mgr Jean François Lantheaume, de la Secrétairerie D'Etat du Saint Siège (Vatican) info transmise par Patrick Longchamp, journaliste RCF, rappelait à ce sujet :

- "Je tiens à souligner que cet "édifice" est la propriété privée d'une association qui n'est pas en communion avec l'Eglise catholique Romaine. Le droit français ecclésiastique est très juste en cela : il soutient le clergé "affectataire" autrement dit en lien de communion avec Rome, mais ne peut pas empêcher des "propriétaires" privés de cet édifice de l'utiliser à d'autres fins que ceux que les intrus se sont fixés. Cette "église" si elle a l'apparence et la structure d'une église (encore que artistiquement elle ne vaut rien) n'est pas une "église", car elle n'est pas consacrée au culte !!! ...

Cela dit, cette "église" de Ste Rita appartient à une association belge qui n'est pas en communion avec Rome; on y a vu défilé tout un clergé bizarre, bardé d' oripeaux épiscopaux mais n'en ayant jamais reçu les facultés et les pouvoirs ; ""

""Ensuite, récemment ""de pieux prêtres"" de la Fraternité Saint Pie X... ont trouvé opportun d'aller y célébrer la Messe sous l'ancien rite, pensant opérer comme en 1977, un "rite" qui empêcherait les forces de l'ordre d'intervenir... mais le "fait" de célébrer le culte dans une église non consacrée, ou "dé-consacrée" n'entraîne pas l'interdiction, selon le droit français ecclésiastique, d'intervenir bien entendu ...! ! ! "L'abbé de Tanoüarn, a cru cependant opportun d' opérer comme à Saint Nicolas du Chardonnet du temps des Lefébristes, à savoir, que la célébration du culte interdit aux forces publiques d'intervenir...

Et il confirme : ""Or, ce qu'il faut savoir c'est que le droit ecclésiastique français dispose que le fait de la célébration de tout culte interdit aux forces de l'ordre d'intervenir quand il s'agit d'un lieu "consacré", or, "sainte Rita" n'a jamais été "consacrée" selon le rite en communion avec l'Eglise catholique, et n'a jamais fonctionné comme une "église catholique", comme l'avait été la très belle église de style français, Saint Nicolas du Chardonnet... ""... "Evidemment, voir des CRS malmener un prêtre, en habits sacerdotaux et traîné par les forces de l'ordre, cela a un impact ;-) ... (mais cela a été voulu car les films ont été tourné volontairement -pour dramatiser- de l'intérieur du bâtiment par les squatteurs-eux-mêmes qui savaient- ils avaient été avertis de l'heure et du jour de l'intervention qu'ils allaient être délogés de leur squat ) ..."

En conclusion et du même auteur : "On est sur deux registres très différents : celui du droit ecclésiastique français qui dispose très clairement de l'intervention des pouvoirs de la force publique en cas d'abus ou d'intrusion, (encore faut-il que l'église en question soit "affectataire" c'est à dire affectée au culte en communion avec l'Eglise de Rome) ce qui n'est pas le cas pour cet édifice et un autre registre : celui de l'impact de l'image, dans les circonstances actuelles" ...etc. et là, il s'agit d'une action de droit privé !

L'image renvoyée est "grossière" au sens littéral du terme !

Pour aller plus loin des précisions, si vous le souhaitez : http://www.tak.fr/lautre-desespoir-de-sainte-rita/

Seigneur, pardonnez-leur !

Tag(s) : #Mes histoires

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :